Les articles de “The Unwind” de Yahoo sont consacrés au bien-être, dans lesquels des personnalités partagent leur approche à la santé physique et mentale, en passant par des conseils et autres façons de prendre soin de soi.

Peu de mamans ont le titre “tueuse de vampires” dans leur CV, mais Sarah Michelle Gellar gère la pandémie et le confinement comme tout le monde: elle joue aux jeux de société, jongle entre la télé et les jeux en extérieur avec ses enfants. L’actrice trouve un but à cette période également en trouvant des fonds nécessaires à combattre la faim causée par la pandémie, une initiative qui, dit-elle, “nourrit mon esprit.”

Quelle sont vos premiers réflexes quand vous voulez prendre soin de votre santé mentale ou pour relâcher le stresse? Est-ce que vous faites du sport, vous écrivez, ou méditez?

La méditation serait géniale, mais j’ai deux enfants chez moi donc en dehors des toillettes, je n’ai pas une minute à moi ces derniers temps. Ma méditation c’est mon sommeil. Je fais du sport récemment; je pense que pour moi c’est très important. C’est aussi une raison de sortir et prendre l’air. C’est trop facile de rester devant l’ordinateur sur Zoom toute la journée et rester à la maison toute la journée ou lire un livre, ou autre, et je fais un effort de sortir. Même si je dois faire mes réunions Zoom dehors — je suis assez chanceuse d’avoir un jardin et de vivre dans un endroit qui a un bon climat donc je peux passer du temps dehors. Je pense que c’est très important; on peut très vite déprimer à passer tout notre temps à l’intérieur.

Et c’est une façon de trouver une appréciation et d’être reconnaissant. Aussi dure qu’est la situation actuelle, le fait de comprendre que je suis assez chanceuse d’avoir de la nourriture sur la table, et le fait de se concentrer sur les choses que je peux faire pour aider les gens qui ont du mal ou sont dans pires situation. Je fais partie des gens qui ont besoin d’être occupé tout le temps et ont besoin de sentir qu’ils aident les autres.

Vous faites un partenariat avec Subaru pour aider les gens durant cette pandémie. Comment le fait de donner aux gens vous aide à garder une perspective durant ces temps difficiles?

Et bien, je pense la perspective est le mot clef dans ce que vous dites. On ne peut pas nier que chacun d’entre nous passe un moment difficile. C’est la chose la plus difficile que j’ai traversé dans ma vie, et je fais même pas face aux situations que les autres personnes doivent gérer. Et la perspective a toujours été importante pour moi, surtout les jours où je me sens frustrée et pense, que je n’y arriverai pas.

Et je pense à ce qu’il se passe en ce moment, et quand on entend les statistiques, un enfant sur quatre ne savent pas quand leur prochain repas sera, ça me prise le cœur sur tellement de niveaux. Qu’est-ce qu’on peut faire en tant que communauté, pays, pour aider cette situation, car aucun enfant ne devrait être inquiet à ce sujet. Et connecter avec une société comme Subaru qui a vraiment envie d’aider, fait une grosse différence, ça me remonte le moral… ça nourrit mon âme.

Comment votre famille gère-t-elle la pandémie? Y à-t-il eu des côtés positifs?

Il faut trouver les côtés positifs dans cette situation, et ensuite il arriveront par vague. Je vis à Los Angeles en ce moment, qui est, en terme de confinement, a probablement été le plus austère du pays. Ca fluctue quand on ne peut voir les gens qu’à distance. Je suis une personne donc c’est dur pour moi de ne pas être sociale et de ne pas voir mes amis. Mais j’ai trouvé d’autres moyens plus créatifs. L’autre jour, une de mes amie fêtait son anniversaire et on a fait un jeu sur Zoom et on a envoyé des documents Google avec des questions et on a fait des petites pancartes pour nos amies et elles devaient deviner à qui appartenait la réponse. C’est juste drôle comme les choses sont ironiques. J’étais la personne à une “baby shower” ou un enterrement de vie de jeune fille qui dirait “j’ai pas envie de jouer à des jeux.” Et maintenant je suis tellement contente de faire ça, à n’importe quel niveau que ce soit, si je peux me connecter avec les gens qui font partie de ma vie.

Il y a eu plein de bons moments. Et c’est de pouvoir passer du temps avec ma famille. Normalement, on vit dans une société très active, et mon mari et moi travaillons et mes enfants sont à l’école donc on est toujours sur le départ. Et là on a mis un frein a tout ça et on apprécie de manger ensemble tous les soirs et jouer aux jeux de société. On arrive à connecter à un niveau plus profond.

Ca a aussi renforcé des amitiés — les gens qui sont là pour vous, qui prennent des nouvelles quand ils n’en ont pas eu depuis quelques jours, et demande, “Ca va pas?”… Ou alors de déposer quelque chose chez quelqu’un devant sa porte pour lui remonter le morale, ou même avoir la possibilité de connecter avec les gens, je me sens très soutenue.

Est-ce que vous avez une routine bien-être que vous faites en famille, ou est-ce que vous présentez vos enfants au concept du bien-être?

L’estime de soi c’est assez compliqué, d’être jeune de nos jours. On est bombardés par ces images parfaites sur les réseaux sociaux, et c’est constamment que l’on doit en parler avec ma fille. Elle est à l’âge où elle commence à explorer les différents réseaux sociaux et je veux qu’elle comprenne que c’est juste une petite partie de la vie de quelqu’un, et c’est filtré. On peut éditer tout, et ca n’est pas la réalité.

J’ai toujours eu la chance de pouvoir bloquer la négativité, car si on donne du crédit à la négativité, je vais devoir donner autant d’importance à la positivité, et je dois prendre ca en compte venant des gens qui m’entourent. J’ai expliqué à de nombreuses reprises à ma fille que c’est la leçon la plus importante. C’est dur car ses amies lui manque et ces temps de sociabilisation avec des groupes d’enfants c’est là que l’on apprend ces situations.

Mon autre habitude de bien-être c’est, il faut faire attention au temps passé devant les écrans. C’est pour tout le monde, pour mes enfants, pour moi. Et c’est dur car l’écran est ce qui nous connecte en ce moment mais au final ça a aussi tendance à nous déconnecter, car on est pas ensemble. On a perdu nos compétences sociales et l’habitude de regarder les gens dans les yeux. Même si c’est aller marcher avec un ami avec deux masques et d’être dehors, ou y aller en voiture et faire coucou par la fenêtre, faire en sorte d’être sur que je fais l’effort d’avoir un peu de connection qui n’est pas juste digitale.

C’est difficile de le faire avec vos enfants?

J’essaie de ne pas trop me faire de reproches car c’est beaucoup pour nous. Nos enfants n’avaient pas beaucoup droit aux écrans avec tout ça, mais je dois aussi comprendre qu’il y a très peu de choses que nous pouvons y faire, c’est leur façon de rester connectés. Il faut savoir balancer, et faire en sorte que la majorité de la journée les écrans sont mis à l’écart quand on est dehors sur le trampoline, ou quand on marche, on qu’on promène les chiens, ou qu’on joue aux jeux de société. Il faut savoir jongler tout ça. Mais aussi ne pas s’en priver non plus, si, vous voyez, une amie veut vous voir sur Zoom, accepter que pour eux c’est un moment peut être difficile en terme de manque de contact social et c’est OK.

Quels sont les trucs à la mode en ce moment que vous ne trouvez pas top?

Je bois toujours mon jus de cèlerie que je fais moi-même ou que j’achète au marché, donc je ne pense pas que ça ne marche pas. Je n’ai pas mis de colle Gorilla Glue dans mes cheuveux [rires].

Published by admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by WordPress Umitohoshi