Bonjour à tous!
Sarah a donné une nouvelle interview pour le site Travelandleisure.com, découvre cette dernière traduite ci-dessous:

“J’ai jamais été aussi longtemps loin de chez moi”, l’actrice Sarah Michelle Gellar me dit au téléphone, en parlant de New York City, qu’elle visitait, dans des circonstances habituelles, deux fois par mois. Bien que Sarah ait vécu à LA depuis plus de 20 ans, il y a de l’amour dans sa voix quand elle parle de la ville où elle a grandi.

“Je n’ai jamais été aussi loin, aussi longtemps, de ma ville, et ma ville est en souffrances.” elle ajoute. En fait, voyager — et pas seulement à NYC — est l’une des choses qui manque le plus à l’actrice — ça et le fait de prendre ses proches dans les bras, elle admet.

“[Voyager est tellement important] car sans ça on vit dans notre bulle, et on ne sait pas à quoi ressemble le reste du monde” la maman de deux ajoute. “Pour avoir vraiment de l’empathie et de la compréhension, il faut découvrir comment les autres vivent. Et il faut respecter les différentes cultures. C’est compréhensible que tout le monde ait différentes traditions, et si elles sont différentes des notre ne veut pas dire qu’elles sont mauvaises.”

C’est précisément cet amour profond pour le voyage qui a fait de Gellar la personne parfaite pour un partenariat avec Travelocity. L’actrice, connue pour son rôle dans Buffy, et l’agence de voyage en ligne on prévu un live Zoom pour faire la cuisine, Gellar donnera la leçon et guidera pas à pas les invités pour créer deux préparations sur le thème de Thanksgiving, elle y partagera aussi ses souvenirs préférés de la fête américaine.

Concernant la collaboration, Gellar dit, “Chez moi, on est des fans de “Amazing Race” (l’équivalent de Pékin Express en France) — ça ouvre des belles conversations dans notre famille sur les cultures et comment être respectueux quand l’on se trouve dans un pays inconnu. Les gnomes de jardin de Thanksgiving sont aussi très important chez nous, donc maintenant il y en a un chez nous qui rend visite.

“J’ai dit aux enfants que malheureusement les elfes pourraient ne pas pouvoir se joindre à nous à cause du confinement, mais que le gnome de Travelocity est là, et il va tout regarder. Et si tout se passe bien, alors dès que le confinement est terminé, il va dire au Père Noël si vous avez été sages, et on pourra aller voyager. C’est l’outil indispensable chez nous. Toutes les familles ont besoin d’un gnome. “

Concernant les plans de Gellar et sa famille pour célébrer Thanksgiving cette année, elle dit, “On va fêter ça en faisant attention — car si on fait ça en toute sécurité, on aura le temps ensuite de voyager et de revoir nos êtres chers.”

Elle ajoute, “Tout ça nous rappelle à nos enfants à quel point ils sont chanceux. Je veux que mes enfants comprennent que même si ça ne ressemble pas à d’habitude, la magie vient de l’intérieur. Donc, oui, Thanksgiving sera différent. Ça ne sera peut-être pas des voyages, ca ne sera peut-être pas une table de 15 personnes, ça sera peut-être seulement nous quatre. Mais c’est bien, aussi.”

Et en une année qui n’a cessé de nous compliquer les choses, Gellar a appris à s’adapter créer, et être créative. “On peut faire Thanksgiving en Février — y a pas de règle qui s’y oppose”, elle dit. “Mon fils me dit toujours, ‘Pourquoi on peut pas manger de la dinde et des patates une fois par mois? Pourquoi juste une fois par an?’ Il a raison. C’est ce que l’on en fait. Pourquoi ne pas recréer ça? On recrée des souvenirs tout le temps. On fait des réunions. Pourquoi Thanksgiving ne ferait pas partie de ces moments aussi? Je préfère être en sécurité cette année et en avoir beaucoup beaucoup plus à venir avec mes proches.”

Il y a des rituels qui, par contre, ne peut pas être recrées. Pour Gellar, c’est la parade de Noël organisée par Macy’s dans les rues de New York, une tradition qu’elle a toujours aimé regarder depuis qu’elle est petite. “Je les regardais gonfler les gros ballons la veille avec un bon chocolat chaud. Et j’ai fait découvrir ça a mes enfants. Donc, regarder un Thanksgiving différent cette année va être dur.”

Mais elle trouve un bon côte aux choses. “Je pense que l’on est très chanceux dans le sens ou, tout cela arrive dans une période ou on peut tous être connectés avec nos appareils. Avant 2020, c’était plein de textos à mes amis que je ne vois pas souvent, mais maintenant, on fait tous l’effort de se FaceTimer et se retrouver sur Zoom pour faire la fête. J’espère que ça ne s’arrêtera pas. J’aime voir les visages.”

Comme beaucoup, c’est l’occasion pour elle de ralentir. “J’ai tellement de chose dont je suis reconnaissante — mes enfants, ma famille. Et ralentir — c’est quelque chose qu’on vous dit de faire tout le temps, mais avant que ça n’arrive, on ne sait pas comment faire,” elle dit, décrivant ses jours maintenant remplis de jeux de société, de lecture, nouveaux hobbies, et se mettre au lit pour regarder des nouvelles séries, comme Buffy.

Regarder la série avec ses enfants, pour Gellar, est “drôle à voir. Ma fille veut les histoires d’amour — elle veut Angel, puis elle veut Riley. Et mon fils me demande genre, quand est-ce que le prochain démon va arriver? C’est amusant de regarder, et de s’en souvenir. Je pense que je ne regardais pas les épisodes car je les vivais, donc pour réaliser l’impact que ça a eu dans la culture et à quel point c’est toujours d’actualité — en tant qu’artiste, on espère toujours faire quelque chose qui va tenir sur la longueur, et voir à quel point cette série est toujours présente aujourd’hui est vraiment spectaculaire.”

Même si ça fait 17 ans depuis le dernier épisode de Buffy, la série résonne toujours, avec des thèmes actuels.

Ces jours-ci, Gellar est passée du rôle de la tueuse de vampires à la cuisinière, prof, parent, arbitre, support technique, et la liste est sans fin.

“C’est dur — il y a eu des hauts et des bas” elle dit. “Les hauts c’est le temps de qualité passé avec les gens dans notre entourage/famille immédiate que l’on aurait pas l’occasion d’avoir habituellement. On est rappelés sans cesse que le temps passe vite, et d’apprécier les petits moments. Je sais que je suis coupable d’être l’une de ces personnes qui est toujours sur le départ et occupée, et d’avoir ce temps libre est incroyable. Mais, en même temps, c’est frustrant. On est aussi victime des émotions des gens — quelqu’un a un jour ou il va bien et une autre personne n’est pas autant au top.”

Son meilleur conseil pour les parents qui sont dans des situations similaires à la maison? “Aucun d’entre nous n’a vécu ça avant, donc on ne peut que faire de notre mieux, et comprendre que l’on ne va pas tout faire parfaitement.” elle dit. “Devinez quoi? Je suis très mauvaise pour réparer la clim — je m’en suis rendu compte juste avant de vous parler. Aucun d’entre nous ne peut tout faire en même temps. C’est pour cette raison qu’il y a un principal, un prof de sport, une infirmière, car une personne toute seule ne peut pas tout faire. Je pense que ça va faire de nous des gens beaucoup plus adaptables à l’avenir.”

Pour l’instant, Gellar a trouvé des façons simples de restée inspirée et de remplir son besoin d’évasion, que ce soit en partageant ses “Quarantips”, juste s’habiller le matin, ou même parler des endroits qu’ils visiteront quand tout ça sera terminé.

Au sommet de la liste est New York, suivi par Hawaï et le Japon. “Mes enfants veulent absolument aller à Hawaï — ils veulent aller sufer. Et on veut reprogrammer notre voyage au Japon — on était censés y aller durant les vacances du printemps dernier.” elle dit.

En attendant, elle fait ce qu’elle peut pour voyager à la maison, en étudiant des cuisines locales et en essayant différentes sortes de sushi. Ils utilisent même ce qui est proposé en ligne, comme visiter les aquariums et musées virtuellement. “Il faut simplement apprendre à apprécier quelque chose que l’on avait pris pour acquis,” elle dit.

Elle a essayé de montrer à ses enfants l’importance d’explorer le monde depuis qu’ils sont tout jeunes. “Les gens disent tout le temps, ‘tu es si chanceuse tes enfants sont des bons voyageurs et dorment facilement’, mais ça n’est pas une question de chance — c’est une question d’éducation.” elle dit. “C’est aussi une question de leur enseigner que c’est la vie — il y aura des fois des retards à l’aéroport. C’est une façon d’apprendre. Et ça rend la chose fun et excitante aussi… Si on en fait tout un plat et que vous êtes en stress en entrant dans l’avion, ils le voient. Si vous vous amusez et vous rendez la chose amusante, c’est comme si, “Et bien, notre vol a un retard de 6h, qui va trouver le premier jeu à faire en attendant?!’ Et si c’est pas une métaphore parfaite pour les évènements actuels en confinement?

“Voyager est l’une de mes passion dans la vie”, elle dit. “Je sais que même si on ne peut pas le faire en ce moment, ça va vite revenir. On peut utiliser ce moment pour planifier notre prochain voyage. Ça nous donne également de l’espoir — d’attendre quelque chose avec impatience. Donc, planifier votre prochain voyage. C’est bien de commencer à chercher des endroits à visiter, et les restaurants dans lesquels vous voulez manger, car ça va arriver.”

Source: Travelandleisure.com
Traduction @ Smg-France.net

Published by admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by WordPress Umitohoshi