Buffy the Vampire Slayer pourrait faire un retour? D’après Sarah Michelle Gellar, c’est une possibilité.

Ça fait presque 20 ans depuis que l’actrice de 39 ans est apparue pour la première fois en tant que notre Buffy adorée dans la série TV du même nom. Alors qu’elle apparaissait à l’expo #BlogHer16 au JW Marriott de Los Angeles ce vendredi, Gellar est revenue sur son personnage iconique et à quel point les temps et les « harceleurs » ont changé aujourd’hui.

« On sait jamais! » elle déclare concernant la possibilité, alors que la foule commence à se réjouir. « Attendez– on ne sait jamais… mais ceci étant dit, le but de Buffy, ce qui était spécial à propos de la série, est que c’était une métaphore des horreurs du lycée. Les monstres étaient littéralement les manifestations des horreurs de cette époque. C’est une histoire très spécifique. Je ne sais pas quelle pourrait être l’histoire maintenant. »

« Toute l’idée de Buffy donnant ses pouvoirs à la fin de la série — ce que nous pourrions suivre et ce dont des producteurs pourraient se servir pour un reboot c’est une de ces jeunes tueuses de vampires aujourd’hui », elle continue. « Les harceleurs étaient littéralement des brutes quand Buffy grandissait. Maintenant, ces gens se cachent derrière des écrans. Cette nouvelle histoire de « Buffy » devrait être racontée par quelqu’un de cette époque. »

Concernant un autre reboot, Cruel Intentions, la suite arrive bel et bien, ce qui explique pourquoi Gellar avait les cheveux bruns pendant la convention.

« Oui, mes cheveux sont plus sombres a cause de Cruel Intentions », confirme Gellar, qui reprend son rôle de Kathryn Merteuil du film original de 1999. « Attendez vous à une annonce probablement dans un mois et demi. Les discussions (avec la chaine) ont été plus longues que d’habitudes. On doit faire les choses bien. C’est une série « coquine » et on doit rendre hommage au film. »

A côté de ses projets TV, Gellar est restée occupée avec Foodstirs — sa nouvelle compagnie culinaire et lifestyle — et profite de sa vie à la maison avec son mari, Freddie Prinze Jr., et leurs deux enfants Charlotte, 6 ans, et Rocky, 3 ans.

« Être parents c’est d’habitude être le ying et le yang », elle explique. « Mais être sur les réseaux sociaux, on voit que l’on peut travailler en même temps mais aussi être présents dans la vie de nos enfants. On peut être à la maison avec nos enfants et être sur l’ordinateur et créer. »

Comme Gellar, Prinze a aussi une passion pour la nourriture, a récemment sorti son propre livre de cuisine, Back to the Kitchen.

« Je crois que j’ai pris 7 kilos pendant qu’il écrivait son livre car je testais les plats pour lui et pour Foodstirs », plaisante-t-elle.

Sur une note plus sérieuse, Gellar admet aussi qu’elle a suivi la course présidentielle de 2016 et est contente pour le futur de ses enfants. Elle supporte Hillary Clinton, et était très heureuse de voire l’ancienne secrétaire d’état marquer l’histoire à la Convention Nationale Démocratique puisqu’elle est la première femme à être candidate à la présidentielle d’un parti politique majeur.

« Oui. Je regarde tout à la TV. Je pense que c’est une étape importante pour notre nation, » explique Gellar. « Ecoutez, je respecte les opinions de chacun — c’est assez sensible d’être dans cette position, en terme de — je respecte les deux parties. Et les gens sont autorisés à avoir un point de vue différent. »

« Je suis incroyablement honorée que l’on puisse vivre dans une période où ma fille peut comprendre qu’il y a une possibilité pour une femme de devenir présidente. Ceci étant dit, Je Suis Avec Elle (Slogan de Hillary Clinton ‘I’m With Her’). Je connais cette famille depuis très longtemps, je crois qu’il y a beaucoup de changements possibles. »

« Je suis fière de pouvoir regarder ma fille et lui répondre si elle me demande ‘Est-ce que je peux devenir présidente plus tard?’ Je pourrais lui répondre oui. Ma mère ne pouvait pas me répondre ça à moi. »

« On peut changer le monde. On doit tous travailler ensemble. Et écoutez, c’est des temps difficiles. C’est une période stressante pour le monde, mais je pense que d’avoir l’esprit ouvert et respectueux et d’avoir ces conversations difficiles, est important. Mais plus important encore, il faut respecter l’opinion de chacun. »

« On doit travailler ensemble », conclue Gellar. « L’Amérique a été construite pour les gens. Je me soucie du fait que ce qu’il se passe en ce moment soit trop négatif, et je souhaite que ça devienne plus ouvert et positif. »

Source: ETonline.com
Traduction: Smg-France.net

Published by admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by WordPress Umitohoshi