Sarah Michelle Gellar a joué beaucoup de rôles — et on ne parle pas que de Buffy.

La mère de famille, actrice, entrepreneur et philanthrope a co-fondé la société Foodstirs, est l’auteure de Stirring Fun With Food, et soutient des organisations comme No Kid Hungry et Good + Foundation.
Elle retourne à sa carrière de comédienne avec deux nouvelles séries en production, et elle vient de faire un partenariat avec Colgate. Elle nous donne le scoop sur ses nouveaux projets.

Après Colgate, quel est votre routine beauté?
Avoir la peau propre est très important pour moi. Je lave mon visage deux à trois fois par jour. Je suis la pire quand je travaille avec des maquilleurs toute la journée car, au déjeuner, je me lave le visage. Je préfère recommencer de zéro plutôt que d’empiler le maquillage sur mon visage. A la seconde où je rentre à la maison, mes enfants savent que je ne suis pas humaine tant que je n’ai pas lavé mon visage quand je rentre chez moi. Aussi, le truc évident c’est l’eau. C’est dur de se rappeler de boire parfois, surtout qu’on me pose la question assez souvent, et on me demande quelle est la chose que voudriez changer chez vous, et la réponse est que je me donnerais une plus grosse vessie. Je suis toujours en train de me lever (pour aller faire pipi), mais boire fait la différence.

Pourquoi avez-vous décidé de reprendre votre carrière d’actrice maintenant?
« Sometimes I Lie » était un livre que j’ai lu et que je n’ai pas pu lâcher. Je lis constamment et je devine la fin et ça ne me gâche pas le livre pour autant. C’est la première fois depuis un long moment avec un livre où je me suis dit, okay je n’avais pas vu ça venir. Je n’avais pas joué la comédie depuis un moment, je prenais une pause, je faisais d’autres choses et je me suis dit, c’est ça qui va me faire revenir dans le métier. C’est ça que je veux faire. J’ai traqué l’auteur du livre qui écrivait son deuxième livre, sans rire, dans un cabanon en dehors de Londres. Et je lui ai expliqué passionnément pourquoi il fallait qu’elle me confie son histoire et il a fallu la convaincre un peu. Elle avait eu une mauvaise expérience avec Hollywood et je lui ai expliqué ma façon de voir l’histoire et l’idée d’avoir un narrateur auquel on ne peut pas se fier et ce que cela apporte a une histoire que l’on raconte. Elle m’a dit « Je vous donne 3 mois pour vendre le projet et trouver quelqu’un avec qui faire ça » Et puis j’ai envoyé ça à Ellen (DeGeneres et sa compagnie et il l’on reçu instantanément. Elle a accepté de le faire et on aura de grandes nouvelles bientôt à propos de ça.

Qu’est-ce qui vous a attiré dans la nouvelle dramédie ‘Other People’s Houses’?
C’était un autre livre que j’ai lu. Je pense que c’est très intéressant à quel point nos vies tournent autour de ces outils technologiques et la façon dont on se voit nous même et les autres. Avant il fallait rencontrer les gens ou peut-être vous regardiez par leur fenêtre, mais maintenant on à ces extraits sélectionnés de la vie des gens qu’ils choisissent de nous montrer et on pense que c’est la réalité, mais la réalité est tellement différente de ce que l’on voit sur les réseaux sociaux. Comment est-ce que cela affecte les relations et les enfants et le fait d’élever des enfants et les relations entre époux? On blague en disant qu’on voit des couples prendre des belles photos ensemble sur les réseaux et on se dit, c’est pas ma vie ça. On se bat pour savoir qui va faire la vaisselle. Quelle est cette réalité? C’est je pense une perspective très intéressante.

En tant qu’entrepreneur, pourquoi vous êtes-vous lancée dans le secteur de la nourriture?
J’ai toujours aimé manger. J’ai grandi à New York, mais je faisais des réservations. Ma mère cuisinait, mais New York était à portée de main. J’adorais la nourriture mais il n’y avait tout simplement pas ce besoin d’aller dans la cuisine. Et puis quand j’ai eu des enfants, j’ai vu ces expériences superbes que mon mari avait et que je ratais et donc je me suis dit qu’il fallait que je les rejoigne. Mes enfants sont fascinés par la pâtisserie et mon mari ne fait pas vraiment de gâteaux, et donc je suis allé au supermarché pour acheter un kit tout prêt et il y avait tous ces ingrédients sur la boite et j’ai été choquée. Littéralement le premier ingrédient était du sel. Et puis on est allés dans un magasin plus sain mais tout avait un gout dégoutant. J’ai dit, je veux un donut, je veux des cookies, d’accord, mais je veux avoir les meilleurs ingrédients et je veux que ce soit accessible. Donc, on a passé deux ans à chercher les meilleurs ingrédients. On est partis au Pérou pour avoir le meilleur chocolat du monde. On a trouvé notre propre ferme et on le fait pousser et on le récolte, pour avoir ce produit bio, sans OGM, dans nos cuisines et on a beaucoup de succès. Nous sommes dans plus de 8000 points de vente avec Foodstirs et maintenant on est en train de lancer nos produits prêts à manger, ce qui est plus simple pour les gens qui n’ont pas le temps pour la pâtisserie dans la cuisine, on peut juste acheter au magasin, des biscuits au sucre, donuts, muffins, mais tout ça avec beaucoup moins de sucre, donc chaque paquet à environ 20 calories et 2 grammes de sucre. On peut manger ça quand on a envie de grignoter un bout sans se jeter sur des produits plein de sucre et sans punir nos papilles. C’est un lancement très excitant et qui espérons sera à travers tout le pays.

Pourquoi est-ce que vous aimez cuisiner avec vos enfants?
C’est des moments passés quand on lâche son téléphone et que l’on crée des liens, et c’est toujours autour de quelque chose à manger. Quand on commence à voir quelqu’un on va manger au restaurant, quand on sort en famille, on va au restaurant. Tout tourne toujours autour de la nourriture et la cuisine. Les gens se regardent dans les yeux et on crée des souvenirs. En même temps, on nourrit notre âme et on nourrit notre corps.

Forbes.com / Traduction @ Smg-France.net — Pas de copier/coller, merci.

Published by admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by WordPress Umitohoshi