Parce que La Trilogie du samedi était la soirée incontournable des sériephiles des années 1990-2000. Bonjour le coup de vieux.

C’est bon, le générique est dans votre tête ? Ne nous remerciez pas et replongez-vous dans l’ambiance sombre et mystérieuse de la Trilogie du samedi. M6 avait pour habitude de consacrer ses soirées du samedi aux séries américaines de science-fiction. Après avoir tâté le terrain auprès de son public, en diffusant quelques épisodes de X-Files et des Contes de la crypte en 1995, la petite chaîne qui monte sent le bon filon et décide de lancer Les Samedis fantastiques l’année suivante.

Après ce premier essai concluant, M6 adapte le format américain “Thrillogy” de NBC et la case est renommée « La Trilogie du samedi » à partir de décembre 1997 avec les séries Le Caméléon, Dark Skies : L’Impossible Vérité, Profiler et The Sentinel. L’émission, faisant la part belle aux séries fantastiques, connaît un véritable succès auprès des sériephiles de l’époque et devient vite une soirée incontournable.

La Trilogie du samedi aura fait connaître pas moins de cinquante séries au public, dont certaines devenues cultes aujourd’hui. Malheureusement pour nous, la soirée plateau télé de M6 s’achève en 2008, avec des audiences en berne. Les derniers choix de la chaîne en matière de séries, laissant clairement à désirer, ont eu raison de la case, qui a disparu sans laisser de trace, dans l’indifférence la plus totale.

Buffy contre les vampires (1997-2003)

On doit l’apparition de notre super-héroïne préférée, vêtue de cuir et toujours armée d’un pieu, à Joss Whedon. Étudiante le jour et tueuse de vampires la nuit, l’ange gardien de Sunnydale consacre sa vie à la chasse aux démons. Aidée par le Scooby Gang, avec Alex, Willow, Giles et compagnie, Buffy doit aussi affronter les problèmes que rencontre tout adolescent de son âge : les cours, les histoires d’amour, l’avenir, le bal de promo…

Pendant sept saisons, elle affronte vampires, démons et autre déesse, enchaîne les histoires de cœur vouées à l’échec et les aléas de la vie d’adolescente, puis d’adulte. On n’oublie pas, bien sûr, la mort de Joyce Summers, l’un des moments les plus déchirants de la série. Mais surtout, Buffy a été l’héroïne la plus badass du petit écran, symbole d’un incroyable empowerment féminin. Seulement, une question nous taraude toujours malgré l’arrêt de la série : team Angel ou team Spike ?

-> LIRE LA SUITE SUR BIIINGE

Published by admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by WordPress Umitohoshi